RENAULT R5 Turbo 2 (1980 – 1986)

Peinture complète

Nous sommes dans les années 70, Renault a lancé sa R5 qui connait un énorme succès et déjà une version sportive préparée chez Alpine pointe le bout de son nez. Cependant, 2 personnes au sein de la régie imaginent un dérivé pour la compétition, autrement plus radical. L’idée suit son chemin et séduit tour à tour les responsables de la régie. Ainsi démarre le projet 822, plus connu sous le nom de Renault 5 Turbo…

La naissance de la Renault 5 en 1972 est un événement marquant dans l’histoire de Renault. Destinée à un public jeune et féminin, cette citadine stylée va connaître un succès fulgurant. Jusqu’à bouleverser le paysage automobile français. Mais l’arrivée de versions sportives va propulser la petite R5 [...]

 

Renault est désormais seul aux commandes de la destinée d’Alpine. L’Alpine V6 GT sera la première de l’ère 100% Renault en 1985 annonçant l’arrivée imminente de la version de pointe : la V6 Turbo. Mais il est décidément bien tard, sachant que la concurrence n’est pas restée inactive ! L’Alpine V6 Turbo, bien que pétrie de qualités, s’adresse avant tout aux amateurs de GT sportives et luxueuses… Malheureusement pour elle, Renault croyait alors bon de virer la marque Alpine pour l’appeler Renault et avait négligé autant la présentation intérieure que la sonorité mécanique. Ce n’est qu’en fin de carrière avec la Le Mans que le déclic sera enfin compris par l’ex-Régie. Les rêves de volumes et succès commerciaux se sont envolés et [...]

Citroën 2CV AZAM 1961

Peinture et restauration complète

En 1937, Michelin, fabricant français de pneumatiques, rachète Citroën et place Pierre Boulanger comme patron. Il a l’idée de créer une voiture destinée aux classes sociales du monde rural et à faibles revenus, le souci premier étant de permettre à la maison mère Michelin d’accroître son activité de pneumatiques. S’inspirant d’une enquête faite auprès d’un public ciblé, envoyée à plusieurs milliers d’exemplaires à travers l’ensemble du territoire, Boulanger écrit le cahier des charges précis et draconien, définissant le projet « TPV » (« toute petite voiture ») : avec quatre places assises, 50 kg de bagages transportables, 2 CV fiscaux, traction avant (comme les 11 et 15/Six), 60 km/h en vitesse de pointe, boîte à trois vitesses, facile d’entretien, possédant une suspension permettant de traverser un champ labouré [...]

Présentée en avril 1971 pour le cabriolet SL et en octobre de la même année pour le coupé SLC, la serie W107 avait, pour le cabriolet SL, la lourde tache de succéder à la merveilleuse Pagode. Dotée des nouvelles prescriptions de Mercedes en matière de sécurité et de confort on lui reprocha d’y avoir sacrifié la sportivité et la finesse des lignes de ses illustres ancêtres. Comme souvent chez Mercedes la W107 fut une plateforme qui accueillit une flopée de moteurs au gré des évolutions de ceux ci. En effet née avec le V8 de 3,5 litres des 280 et 300 SE/SEL 3,5 (W108 et 109) de l’ancienne classe S, elle reçut par la suite l’excellent 6 cylindres double arbres des 280 [...]

    Retour en haut