FAQ

Questions fréquemment posées

Prévoyez les papiers suivants :
  • Permis de conduire
  • Carte grise
  • Certificat d’assurance (carte verte)
  • Constat amiable (si vous ne l’avez pas encore fait parvenir à votre assureur)

Votre conseiller d’assurance s’occupera de récupérer les informations de l’évènement et ouvrira un dossier pour vous. Il ou elle vous donnera ensuite votre numéro de référence de dossier, ainsi que le montant de la déduction du remboursement.  Une fois que le dossier est ouvert, l’atelier de carrosserie DECAUNES travaillera en collaboration étroite avec votre conseiller afin que la procédure soit rapide et sans encombre.
Dans la plupart des cas, non. Si vous êtes assuré(e), vous payez seulement la déduction. Tous les garagistes fiables disposent de prix préalablement fixés avec les compagnies d’assurance. Le plus important pour vous est la réparation de votre véhicule.
L’atelier de carrosserie Decaunes s’occupe du processus de la procédure, ainsi que de la communication avec le bureau de la procédure pour vous. Nous somme enregistrés dans le système informatique de votre compagnie d’assurance. Nous sommes donc en mesure d’envoyer le devis directement chez eux. Votre compagnie d’assurance vérifie ensuite le devis, et nous envoie son approbation par e-mail sous 48 heures. Cela nous permet ensuite de commencer les réparations sur votre véhicule, avec votre consentement, dès que nous recevons l’approbation.
L’Atelier carrosserie Decaunes travaille en étroite collaboration avec votre compagnie d’assurance pendant le processus de la procédure. La procédure inclut qu’un inspecteur de la compagnie d’assurance se rende chez nous une fois par semaine pour répondre à nos question ou prendre des décisions lorsque nous avons besoin de son avis. Si des dommages additionnels sont trouvés sur votre véhicule, l’Atelier carrosserie Decaunes facturera ces coûts directement à la compagnie d’assurance, en s’assurant que vous ne vous retrouviez pas dans une situation où vous devez plus que la déduction.
Il vous faut seulement un chèque du montant de la déduction pour passer prendre votre véhicule réparé. Un ordre de paiement sera ensuite signé, permettant à l’Atelier carrosserie Decaunes d’envoyer la facture de paiement directement, pour la portion de réparations dont ils sont en charge. Le paiement nous sera ensuite envoyé. Le processus est semblable à celui de votre couverture sociale, quand vous payez la déduction au docteur, il facture ensuite directement le reste à votre mutuelle.
Une fois le dossier ouvert auprès de votre compagnie d’assurance, il vous suffit de donner votre numéro de référence dossier à l’Atelier carrosserie Decaunes une fois que les réparations sont finies. Vous n’aurez ensuite qu’à signer ordre de paiement afin d’autoriser le versement pour les réparations.
L’Atelier carrosserie Decaunes vous offre une garantie à vie sur vos réparations. Nous somme responsables de cette garantie, vous pouvez donc nous contacter directement en cas de problème de garantie et nous résolvons le problème. Nous aspirons à gagner votre confiance, et votre estime afin que vous puissiez nous recommander à vos amis et famille. C’est ce qui nous motive à faire tout notre possible pour dépasser toutes vos attentes.
Nous travaillons avec toutes les compagnies d’assurance, mais nous somme référencés en tant que réparateur direct chez les assureurs.
Lorsqu’une pièce ne peut plus être redressée ou qu’une pièce plastique a un trou à combler, on fait appel à du mastic. On utilise des palettes métalliques plates appelées « couteaux pour mastiquer » ou « spatules japonaises » et chaque type de surface (résine, plastique ou métal) a son type de mastic.

 

Toutes les pièces ne peuvent pas être mastiquées. Soit parce que c’est interdit par le constructeur comme c’est par exemple le cas du châssis ou des longerons, soit parce que techniquement, cela ne donne pas une réparation de qualité. La pièce à mastiquer est en général poncée avec du gros papier, nettoyée et dégraissée.

Les mastics dits « cellulosiques », séchant simplement à l’air libre sont aujourd’hui délaissés au profit de mastics « polyuréthanes, epoxy ou polyester », nécessitant un durcisseur.

Lorsque le mastic est poncé, on « l’adoucit », c’est-à-dire qu’on le re-ponce avec un grain fin. On camoufle les parties à ne pas peindre, avec du papier, on dégraisse et on applique un « apprêt ». L’apprêt est un produit destiné à préparer les fonds à la peinture. Ce produit unifie les fonds, il est soit de couleur proche de la teinte de finition soit neutre et unie, il bouche les micro-défauts et les porosités du mastic et, une fois poncé, il reste parfaitement lisse. Les apprêts sont synthétiques, hydrodiluables ou polyuréthane (avec durcisseur).

Le peintre va démonter les petites pièces pouvant l’être aisément, comme les poignées de portes ou les baguettes. Une fois l’apprêt poncé, il camoufle les pièces ne pouvant être déposées, dégraisse la pièce et la peint. Il existe également un procédé appelé, mouillé sur mouillé, donc sans ponçage, cette technique est souvent utilisée dans les réparations rapides.

Une fois que le véhicule est prêt à peindre, le peintre doit maroufler ou cacher le véhicule avec du papier ou une bâche en plastique, c’est-à-dire il faut isoler tous les éléments qui ne doivent pas être peints
Lorsque le choc est très important et qu’il a déformé le châssis (la structure) du véhicule, notre carrossier a besoin d’un gabarit à l’échelle du véhicule pour le redresser. Il pourra ainsi remettre les points importants – appelés « référentiels » – de ce châssis aux cotes préconisées par le constructeur. Ces points référentiels sont, par exemple, les points d’ancrage des amortisseurs sur la caisse, les points qui supportent le moteur ou le berceau moteur (pièce dans laquelle est ancré le moteur, elle-même étant vissée au châssis) ou les points de référence des brancards (ou longerons) qui permettent de vérifier l’alignement de ceux-ci par rapport aux autres. L’unité de mesure pour le marbre est le millimètre, l’écartement entre deux tourelles d’amortisseur s’exprime par exemple au millimètre près.

Notre mécanicien démonte d’abord les pièces mécaniques nécessaires (demi-trains, train arrière ou moteur complet…) Puis notre carrossier pose le véhicule sur un banc permettant à la fois de vérifier l’alignement des points importants du châssis les uns par rapport aux autres et de les redresser si besoin est : c’est le marbre.

Redresser une pièce emboutie demande une dextérité et un savoir-faire souvent longs à acquérir. C’est le métiers de nos tôliers formeurs, il faut savoir qu’ils sont de moins en moins nombreux, car la rentabilité en réparation exigeant maintenant de changer les pièces. Nous faisons appel à eux pour la restauration des véhicules de collection.

On le nomme également « ferrage » c’est le fait de démonter ou de remonter des pièces. Plus couramment désigné par « dépose-repose »
Retour en haut